Chercheur(e) Économie et politique des systèmes alimentaires européens

Job Experience

Job Location

Expiration Date

19 Aug 2018

L’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) est un institut indépendant à l’interface de la recherche et de la décision qui instruit les questions du développement durable nécessitant une coordination mondiale, comme le changement climatique ou l’érosion des ressources naturelles. L’Iddri dispose d’une triple mission : éclairer les décisions ; identifier les sujets clés de demain ; ouvrir un espace de dialogue à des acteurs aux intérêts souvent divergents. Pour la remplir, l’Iddri clarifie les enjeux, réunit les acteurs impliqués, et facilite ainsi une compréhension partagée des problèmes (www.iddri.org).

L’équipe permanente de l’Iddri, constituée d’une quarantaine de personnes dont une vingtaine de chercheurs pluridisciplinaires (économistes, juristes, politologues, géographes, etc.) est structurée autour de quatre programmes : biodiversité, océan, climat et gouvernance mondiale. Son intervention dans la société s’organise en initiatives, circonscrits dans le temps, ciblant des enjeux, des changements et des modes d’action spécifiques.

L’initiative Agriculture européenne de l’Iddri

L’initiative « Agriculture européenne » a été lancée en 2017 par l’Iddri, pour une durée de quatre ans. Elle est soutenue financièrement par la Commission européenne conjointement via la DG Agri et la DG recherche, ainsi que plusieurs institutions européennes et nationales à travers cinq projets principaux :

  • Sustainable Finance for Sustainable Agriculture (SUFISA) ;
  • Towards Sustainable and Resilient Agriculture (TSARA) ;
  • Ten Years For Agroecology in Europe (TYFA) ;
  • Net Zero Agriculture 2050 (NZA 2050) ;
  • Understanding food value chain and network dynamics (VALUMICS).

Animé par cinq chercheurs, son objectif est d’informer les débats de politiques publiques en explorant les trajectoires de transition possible des systèmes alimentaires européens vers une meilleure prise en charge des enjeux environnementaux, de sécurité alimentaire et de vitalité des territoires ruraux européens. L’initiative s’appuie pour cela sur deux piliers interdépendants :

  1. La collecte de données empiriques, en partenariat avec plusieurs organisations européennes (instituts et centres de recherche, think tanks et ONGs), concernant :
    • la diversité des stratégies déployées par les producteurs primaires dans des contextes différenciés et évoluant rapidement ;
    • l’impact de ces stratégies sur la durabilité et la résilience économique des exploitations agricoles ;
    • la gouvernance des filières agro-alimentaire françaises et européennes et les modalités de répartition de la valeur en leur sein.
  2. Un travail de construction de scénarios des systèmes alimentaires à différents niveaux (Europe, États membres, territoires) combinant trois éléments :
    • Une modélisation biophysique des interactions agriculture / environnement ;
    • Une analyse des implications socio-économiques reposant sur la description conjointe (et éventuellement la modélisation) des transformations des systèmes de production, des dynamiques des filières agroalimentaires, et des modes de consommation ;
    • La caractérisation de trajectoires de transition contrastés dans une perspective d’économie politique.

Afin de rester au plus proche des acteurs concernés par ces évolutions, l’initiative est adossée à un comité de pilotage français constitué des principaux représentants des secteurs agricoles, agro-alimentaires et agro-industriels au niveau français. Elle travaille aussi en étroite interactions avec différents acteurs européens et cherchera à développer ses partenariats auprès de plateformes nationales de société civile dans 4 autres états membres (Allemagne, Pologne, Danemark et Italie) dans le courant de l’année 2019.

Objectifs et mission du poste

Sous la supervision du coordinateur de l’initiative et en lien avec l’ensemble de l’équipe, le / la chercheur(e) « Économie et politique des systèmes alimentaires européens » travaillera plus particulièrement sur les implications socio-économiques et politiques des trois scénarios normatifs en cours de développement par l’équipe Iddri (dans le cadre des projets TYFA, NZA et TSARA). De manière transversale à ces trois projets, il / elle sera ainsi chargé.e de :

  • Recueillir et analyser des données économiques aux différents maillons des filières agro-alimentaires, de la production à la consommation : équilibre économique des systèmes de production, partage de la valeur dans les filières agroalimentaires et business model des principaux opérateurs (industriels, centrales d’achat, distributeurs), part de l’alimentation dans les budgets des ménages ;
  • Animer et coordonner un groupe de travail réunissant des modélisateurs travaillant sur les modèles économétriques classiquement mobilisés pour analyser les impacts économiques de différents scénarios de politiques agricoles au niveau européen (CAPRI, MAGNET, AROPAj, SEAMCAP…) ;
  • Rédiger des notes de synthèse internes, des rapports de recherche et des policy brief à différents moments de la recherche et à destination d’une variété de public : partenaires, équipe Iddri, grand public, décideurs ;
  • Communiquer des résultats de recherche ou des travaux en cours à l’occasion de conférences, d’événements organisés par l’Iddri ou à l’invitation de différents partenaires.

Il / elle contribuera également à l’animation du réseau de parties prenantes françaises et européennes réuni par l’Iddri autour de l’initiative Agriculture européenne, à l’organisation d’ateliers et à la recherche de financements complémentaires.

Sur le plan analytique, ses travaux se déploieront dans trois directions principales :

  1. Une réflexion qualitative permettant de caractériser par quels mécanismes, et avec quelles conséquences, les ruptures envisagées sur le plan biotechnique pourrait affecter la formation des prix à différents niveaux des filières agro-alimentaires et agro-industrielles et la répartition de la valeur (de la ferme à la fourchette) ;
  2. Une analyse des conséquences de ces évolutions sur les revenus des producteurs, les coûts de l’alimentation et le niveau d’emploi faisant potentiellement appel à une modélisation quantitative plus poussée. À cet égard le / la chercheur.e travaillera en lien avec la communauté de modélisateurs économiques pour identifier les modalités d’interfaçage possible entre les modèles biophysiques manipulés par l’équipe Iddri et les modèles économétriques classiquement mobilisés pour analyser les impacts économiques de différents scénarios de politiques agricoles au niveau européen (CAPRI, MAGNET, AROPAj, SEAMCAP…).
  3. L’identification des leviers de politiques publiques pour accompagner la transition, associée à une réflexion sur le coût et l’efficacité de différents instruments de politiques publiques.

Précisons quant au point 2 ci-dessus que les ruptures envisagées dans les scénarios normatifs de l’Iddri supposent, pour être modélisées économiquement, de considérer un grand nombre de paramètres et de contraintes que les modèles actuels (qu’ils soient en équilibre général ou en équilibre partiel) peuvent difficilement prendre en compte dans l’état actuel de leurs développement. En effet, ces derniers modélisent la réaction des systèmes de production agricole sous la contrainte d’hypothèses « externes » tels que la variation des prix, du climat, de la surface agricole exploitée ou des facteurs de production. À l’inverse, les scénarios normatifs développés à l’Iddri ont pour point de départ des systèmes de production complètement métamorphosées et cherchent à observer les incidences de ces changements sur les prix ou l’emploi (entre autres).

Qualifications et compétences requises

La / le chargé(e) de recherche est doté(e) d’un Master ou d’un Doctorat en économie, sociologie ou sciences politiques. Doté.e d’une expérience de 2 à 5 ans, elle / il a une bonne connaissance du contexte agricole européen (PAC, règles commerciales) et d’au moins un des modèles économétriques mobilisés dans les arènes européennes.  

Elle / il possède des connaissances de base en agronomie et est intéressé-e par la dimension fortement prospective et orientée vers les recommandations pour les politiques publiques inhérente à ce poste.

Une expérience en modélisation stricto sensu, de production de rapports de recherche et de synthèse, et de valorisation auprès des décideurs est vivement souhaitée.

Bonne capacité de travail en partenariat

La maitrise courante du français et de l’anglais est indispensable.

Excellentes capacités de rédaction et de synthèse.

Contrat proposé

CDD à objet défini de 30 mois (deux ans et demi).

Rémunération selon expérience et en fonction de la grille salariale en vigueur à l’Iddri.

Poste basé à Paris (41 rue du Four, 75006), avec déplacements fréquents en Europe.

Comment candidater ?

Les candidatures (CV, lettre de motivation, contacts de trois référents) sont à envoyer avant le 15.09.2018 à :
Pierre-Marie Aubert, coordinateur de l’initiative Agriculture européenne (pierremarie.aubert@iddri.org) et
Lisa Dacosta, secrétaire générale (lisa.dacosta@iddri.org)

Seuls les candidats présélectionnés seront contactés. Les entretiens se dérouleront entre le 28 septembre et le 4 octobre 2018.  

L’Iddri est un employeur qui assure l’égalité des opportunités d’emploi.

Before you apply, read the latest news about EU policies on EURACTIV.COM.

Employers want to know how you found their job advert so please state that you found this position advertised on the EURACTIV JobSite.

The JobSite can give you more...
Get a bi-weekly newsletter featuring the latest jobs published online here.
Become the JobSite's fan on Facebook.
Follow us on Twitter and receive the latest news and job of the day.

 

Disclaimer: EURACTIV is not responsible for the content of the job vacancies published. Reproduction or redistribution of the above text, in whole, part or in any form, requires the prior consent of the original source. Terms and Conditions apply.